Historique du Karaté Kyokushin

Qu'est ce que le karaté ?
Le karaté est la forme japonaise d'une technique de combat sans armes, mains et pieds nus ; une méthode d'attaque et de défense qui repose exclusivement sur l'utilisation des possibilités naturelles offertes par le corps humains.

Historique du Karaté Kyokushin - Mas Oyama L'origine du karaté
L'art martial a une très vieille histoire. Les premières traces d'une technique de coups de poing et de pied apparaissent au 6e siècle en Chine. Par le suite, on la retrouve surtout à Okinawa, une île située au sud du Japon, terre de rencontre des influences chinoises et japonaises. les chinois ont développé ce qui fut l'Okinawate. Deux maîtres sont issus de cette époque soit Ankoh Itosu (Shorin Ryu) et Kanruo Higaonna (Shorei Ryu).

Au 17e siècle toujours dans la région d'Okinawa toutes les formes d'armes étaient prohibées sur l'île. Pour se défendre, les habitants utilisaient des techniques d'auto-défense dérivées des arts martiaux chinois qu'ils appelèrent "te". Plus tard, les maîtres de ce nouveau style le nommèrent "karaté" qui se traduit par "main vide" ou "main chinoise". Le grand maître Gishin Funakoshi (1868-1957) créa son propre style : le karaté Shotokan, en 1916. Il impressionna les japonais en 1922 par la maîtrise de son art. Il est reconnu comme étant le vrai père du karaté actuel. Il y a plus de 30 millions d'adeptes de karaté dans le monde dont 3 millions au Japon.

Masutatsu Oyama : Fondateur du Kyokushin
Il est né. Yong-I Choi (parfois écris Choi Young Hi, ou Hyung-Yee) le 27 juillet 1923 à Kimje, un petit village en Corée du Sud. Lorsqu'il a immigré au Japon, il a changé son nom, il a choisi Oyama ce qui signifie "great mountain". Il est envoyé chez sa soeur en Chine en 1932, à l'âge de 9 ans. Il commence l'apprentissage du Kempo (art chinois nommé EighteenTechniques / shaku-riki) enseigné par M. Yi, un fermier qui travaillait à la ferme de sa soeur.

À 12 ans, il revient en Corée. Il pratique alors le Kempo coréen, un mélange de Kempo et Jujutsu. Il s'inscrit à l'Université de Takushoku où il apprend le Judo et le Shotokan. Il étudie avec le créateur du karaté Shotokan, Gishin Funakoshi jusqu'en 1945 (de 1938 à 1945). En 1938, à l'âge de 15 ans, il devient shodan, nidan à 17 ans et yondan à 20 ans. Il continue parallèlement son entraînement de judo et obtiendra sa 4e dan après seulement 4 ans. Il étudie aussi le Daito-Ryu-Aiki-jitsu avec Kotaro Yoshida et est membre du Butoku-Kai Self Defense Martial Arts Organization. Il s'entraîne également avec Gogen Yamaguchi du Goju-Kai japonais. Il fait la connaissance d'un expert coréen en Goju-Ryu, Cho Hyung Ju (So Nei Chu en japonais), un grand maître coréen résidant au Japon.

Historique du Karaté Kyokushin - Mas Oyama Après quelques années d'entraînement, Maître So lui donne le conseil suivant : "You had better withdraw from the world. Seek solace in nature. Retreat to some lone mountain hideout to train your mind and body. In three years you will gain something immeasurable." Entraînements en montagne
Accompagné de Yashiro, un de ses étudiants, il se rend en montagne, au Mont Minobu, pour s'entraîner. Il apporte avec lui le livre décrivant les exploits de Miyamoto Musashi (1584-1645) écrit par Eiji Yoshikawa. Après 6 mois d'isolement et de rudes journées, son compagnon s'enfuit. Mas Oyama y demeure 14 mois avec les encouragements de Maître So. De retour à la civilisation, Mas Oyama, âgé de 24 ans, remporte en septembre 1947, le titre de champion du First Japanese National Martials Arts Championships.

En 1948, il décide de consacrer sa vie au karaté et continue son entraînement intensif seul près d'un temple au Mont Kiyozumi. Il s'imposa une discipline d'enfer : douze heures d'entraînement par jour, tout les jours suivi d'études sur le zen, les arts martiaux et la philosophie. Mas Oyama revient à la civilisation après 18 mois de retraite mais cette fois-ci, confiant qu'il avait désormais plein contrôle de sa vie.

Combats contre des taureaux
En 1950, il évalue sa force en combattant 52 taureaux. Il en tue 3 instantanément et les 49 autres ont eu les cornes coupées avec le tranchant de sa main.

Une force exceptionnelle
Mas Oyama a aussi affronté plusieurs combatants de plusieurs styles de combat. Personne n'a jamais réussi à le battre, ni à tenir plus de 3 minutes ! Sa technique était simple : S'il frappait un membre, il le brisait ; Si l'adversaire bloquait un coup aux côtes, son bras était fracturé ; S'il ne bloquait pas, ses côtes étaient fracturées. On le nomma "Godhand" (main de Dieu) et il fut reconnu comme l'incarnation vivante de la maxime du guerrier japonais "Ichi geki, Hissatsu" traduit par "d'un coup, la mort est certaine".

Les 300 combats
Le test ultime de la persévérance physique et mentale. Mas Oyama décide de vérifier sa force en combattant 100 personnes par jour, pendant 3 jours consécutifs. Malgré de nombreuses blessures, il n'abandonne pas et remporte la victoire. Cet exploit a été accompli peu de temps après sa retraite en montagne et le début de ses combats avec des taureaux. Trente cinq années après cet exploit, seulement 9 hommes avaient réussi à compléter 100 combats.

Ses écoles
En 1953, il ouvre son premier dojo dans un parc public à Mejiro Tokyo. L'inauguration officielle de son école The Oyama Karate School rue Nishi-Ikebukoro a eu lieu en 1956 et comptait 300 membres. Il écrit son premier livre en 1957-1958, traduit en anglais "What is Karate ?" La première école à enseigner les techniques de Sosai Oyama à l'extérieur du Japon fut fondée par Bobby Lowe à Hawaii en 1957. Nouveau nom : Kyokushin
En juin 1964, réalisation du nouveau dojo à Tokyo, toujours sur la rue Nishi-Ikebukoro. Il s'agit d'un lieu d'entraînement mais aussi le quartier général pour l'International karate Federation Kyokushin Headquarters. C'est à ce moment que Oyama Karate a adopté le nom de Kyokushin ; l'ultime vérité. Mas Oyama a construit son karaté. Il a pris les meilleures techniques et concepts de différents style de karaté mais aussi provenant d'arts martiaux en général. Il les a assimilés graduellement dans ses entraînements. Cette synthèse s'est avérée les fondations solides du Kyokushin.

Historique du Karaté Kyokushin - Mas Oyama
L'Organisation Internationale de Kyokushin (Ultime Vérité) compte plus de 12 millions d'adeptes dans 120 pays devenant une des plus grandes organisations d'arts martiaux dans le monde. Malheureusement, Sosai Masutatsu Oyama 10e dan, est décédé le 26 avril 1994 d'un cancer du poumon, il avait alors 70 ans. Un monument est érigé à sa mémoire au Mont Mitsumine. Il s'agit d'un lieu de pèlerinage, un endroit sacré où les dieux, les guides spirituels et mentors sont une source d'inspiration pour tout ceux qui s'entraînent.

 

Tous droits réservés 2011 © Karaté Richard Labonté
Page précédente  |  Retour à l'accueil

Créé par Concept InterTech